Créativité et gamification pour combattre la pollution de l’air : Tree Wifi et Pigeon Air Patrol

D’après l’Organisation Mondiale de la Santé, plus de 80 % des citadins de la planète respirent de l’air pollué, faisant de ce dernier le plus grand risque environnemental sur la santé. Voici comment deux projets originaux, incluant des pigeons en sac à dos et un “ nichoir “ qui diffuse du wifi, ont aidé à sensibiliser et engager les habitants des villes dans le but d’améliorer la qualité de l’air, la santé publique et leur qualité de vie.

0

D’après l’Organisation Mondiale de la Santé, plus de 80 % des citadins de la planète respirent de l’air pollué, faisant de ce dernier le plus grand risque environnemental sur la santé. Voici comment deux projets originaux, incluant des pigeons en sac à dos et un “ nichoir “ qui diffuse du wifi, ont aidé à sensibiliser et engager les habitants des villes dans le but d’améliorer la qualité de l’air, la santé publique et leur qualité de vie.

Traduit et adapté de l’anglais, par Rémi Canali.

 

3 millions de morts prématurées dans le monde chaque année

L’OMS a rassemblé les données de 795 villes dans 67 pays concernant les niveaux de particules fines entre 2008 et 2013. La pollution de l’air ambiant s’est avéré être responsable de graves risques sanitaires (maladies cardiaques, cancer du poumon, maladies respiratoires aiguës et chroniques), causant plus de 3 millions de morts prématurées par an sur le globe.

La pollution atmosphérique en milieu urbain continue de progresser à un rythme alarmant, avec des effets dévastateurs pour la santé humaine, déclare le Dr Maria Neira, Directeur du Département OMS Santé publique, déterminants sociaux et environnementaux de la santé. Dans le même temps, la sensibilisation gagne du terrain et les villes sont plus nombreuses à surveiller la qualité de leur air. Lorsque la qualité de l’air s’améliore, les maladies respiratoires et cardiovasculaires connexes reculent à l’échelle mondiale.

Bien que les causes de la pollution urbaine nous dépassent à l’échelle individuelle, nous pouvons agir de manière collective. L’information est le premier pas vers l’action, elle permet de sensibiliser les consciences collectives et engendrer des prises de position et des changements de comportement.

 

TreeWifi : du wifi gratuit contre de l’air pur

La compagnie néerlandaise TreeWifi a créé un appareil doté de capteurs électrochimiques mesurant la pollution au dioxyde d’azote. Cette boîte, actuellement en phase d’expérimentation à Amsterdam, abrite un routeur wifi. Par ce biais, TreeWifi contrôle la qualité de l’air, génère des données sur la pollution, et récompense les habitants des environs par du wifi gratuit.


Photo: TreeWifi.org

Comme le raconte fastcoexist.com, le créateur de TreeWifi, Joris Lam, a eu cette idée alors qu’il essayait, sans succès, de trouver des informations sur la pollution dans sa propre rue : “ Ce manque de visibilité pour une chose aussi important que la qualité de l’air que nous respirons m’a frappé. En tant que designer, j’entreprends de trouver un moyen simple de rendre cette information accessible et visible aux citoyens d’une manière que les gens comprendraient au niveau émotionnel plutôt qu’en ayant à creuser au milieu de données et de cartes.

“ Je pense que pour pousser les gens à s’intéresser à un sujet dont ils ne savent pas grand chose, il est bon de récompenser un changement de comportement positif. “

La plupart des domaines impliquant une “ obligation “ ont la place d’intégrer la gamification pour faire d’un devoir une expérience fun et engageante. En ce qui concerne le fait d’attirer l’attention, piquer la curiosité, et promouvoir des pratiques éco-responsables d’une manière ludique, ce projet rappelle la Volkswagen Fun Theory et ses fameux arcades à bouteilles et escaliers piano que nous avons souvent mentionnés ici (voir par exemple les 13 exemples de créativité et de gamification dans le recyclage de bouteilles).

Les “ joueurs “, dans le cas présent, sont les habitants du quartier, et au lieu de points et de badges, TreeWifi utilise des LEDs pour indiquer l’amélioration des niveaux de pollution. Lorsque le toit s’allume, cela signifie que la qualité de l’air est suffisamment bonne pour envoyer un signal wifi. Il y a donc une véritable récompense en plus de l’avantage de bénéficier d’un air pur – et de savoir que l’on peut faire la différence !

Une fois connectés à TreeWifi, les gens peuvent obtenir des informations concernant la qualité de l’air dans les rues alentours ainsi que des conseils pour l’améliorer. L’idée est de promouvoir l’engagement citoyen et de les motiver à adopter des pratiques vertes telles que des journées sans voiture, le vélo ou la marche.

Les designers seraient en train de travailler sur des moyens d’aller encore plus loin en faisant de ces boîtes de véritables nichoirs capables d’accueillir les oiseaux au chaud durant l’hiver en utilisant la chaleur créée par les matériaux électroniques.

TreeWifi est toujours en train de lever des fonds pour ce projet. Vous pouvez y contribuer sur leur page de crowdfunding Heroes&Friends :
http://www.heroesandfriends.com/projects/treewifi

Pour plus d’infos et de nouvelles du projet, consultez leur page Facebook :
https://www.facebook.com/TreeWiFi/

 

Les pigeons en sac à dos de la London Air Patrol

Pendant ce temps à Londres, la compagnie française Plume Labs, en collaboration avec l’Imperial College London, a entrepris de créer le premier réseau de contrôle de la pollution de l’air alimenté par les humains.

Afin d’attirer l’attention et recruter 100 bêta-testeurs pour porter sur eux des capteurs de contrôle, Plum Labs a collaboré, en mars 2016, avec Twitter et l’agence DigitasLBi pour organiser une campagne créative de sensibilisation.


Photo: PlumeLabs.com

Durant 3 jours, une flotte de 10 pigeons équipés de capteurs ont été lâchés dans Londres pour rassembler des données sur la pollution de l’air. Les Londoniens pouvaient envoyer un tweet à @PigeonAir pour connaître le niveau de toxicité dans leur zone. PlumeLabs regroupe également ces données grâce à ses milliers de stations de contrôle à travers le monde accessibles via l’application Plume Air Report, disponible sur l’Apple Store et sur Google Play.

La campagne de crowdfunding pour financer le projet London Air Patrol a atteint son objectif de 10 000 £ en seulement 21 jours. Et récemment, DigitasLBi a reçu 2 Lions de bronze à Cannes pour ce projet.

 

Espérons que les réactions extrêmement positives à l’égard de ces deux initiatives donneront des ailes à plus de projets environnementaux créatifs, qu’ils soient à lien avec l’ornithologie ou non ! 🙂

 

Image de Une : Jeff Hong, “Unhappily Ever After”

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here